À la fin d’une année 2019 très dense sur le marché immobilier en France, le début de l’année 2020 est assez impressionnant. Mais le dynamisme de fin 2019 a été ralenti à cause de la crise sanitaire du Covid 19. Le secteur de l’immobilier a connu un coup dur, mais offre tout de même des chiffres intéressants à analyser. Nous faisons le bilan en 2020 du marché immobilier français dans les prochaines lignes.

Bilan du premier trimestre de l’année

Au début de l’année 2020, le marché immobilier français a connu des modifications au niveau des taux d’emprunt, des indices de références pour les loyers ainsi que des prix d’achat des biens immobiliers. Jusqu’au mois de mars de cette année, on constate une progression des prix de 0,3 %. Aujourd’hui, on estime à 3 636 € le prix moyen d’un appartement au mètre carré et à 2 013 € celui d’une maison.
En ce qui concerne l’accès aux crédits immobiliers, environ 1,3 million de crédits ont été accordés en France en 2019. Mais les conditions de prêts sont désormais revues par les banques. Ainsi, le taux d’endettement ne doit plus excéder 33 % et l’emprunteur doit prévoir environ 10 % du montant comme apport personnel. De plus, la durée du crédit est limitée à 25 ans. Suite à la rigueur sur ces conditions, plus de 100 000 demandes de prêt ont été refusées fin janvier 2020.

Dispositions prises pour le dernier trimestre 2020

Malgré l’impact de la crise sanitaire sur le marché immobilier et sur l’économie du pays en générale, plus de la majorité des acquéreurs de bien immobilier affirment vouloir aller au bout de leur projet immobilier. La fin de l’année s’annonce donc très intéressante pour le marché immobilier et pourrait être plus dynamique que l’année dernière. À partir des mois de juin et juillet 2020, la situation reprendra une tendance intéressante afin de terminer l’année avec les meilleurs chiffres.

De nombreuses hypothèses sont émises sur le prix du mètre carré et son évolution en France. Mais à ce jour, il serait compliqué d’avoir une idée précise, car cela dépendra de plusieurs facteurs tels que la durée de la crise du COVID 19, l’impact de cette crise sur l’économie du pays ainsi que le taux de chômage qui sera enregistré. Rien n’est également fixé au niveau des changements des indices immobiliers. Pour le moment, le taux de crédit et les conditions d’obtention des prêts dans les banques deviennent de plus en plus serrer. Il faudra donc attendre ce que l’avenir nous réserve.